Marché financier de l’UEMOA : La Côte d’Ivoire recherche 50 milliards FCFA

0 114

Sur le marché des capitaux de l’Union économique et monétaire ouest africaine (UEMOA), l’Etat de Côte d’Ivoire à travers le Trésor public, sous la responsabilité du Ministère de l’Economie et des Finances lance une émission de Bons et Obligations de Relance du Trésor de maturité initiale 91 jours, 5 ans et 7 ans d’une valeur de 50 milliards ce mardi 06 septembre 2022.

Related Posts

Inclusion financière au Bénin : De nouvelles propositions…

Adama AGOSSOU

L’émission de Bons et d’Obligations dénommées « Obligations de Relance OdR » de la locomotive de l’UEMOA vise à permettre au gouvernement de Ouattara de mobiliser l’épargne des personnes physiques et morales en vue d’assurer la couverture des besoins de financement du budget de l’État de Côte d’Ivoire dans le cadre de ces plans de relance économique. Ceci, afin de contenir les effets de la pandémie COVID-19 et renouer avec les performances d’avant la crise sanitaire. L’emprunt obligataire concerne l’ensemble des États de la zone UEMOA. Elle cible principalement les investisseurs socialement responsables mais également les entreprises ou individus souhaitant soutenir les actions de relance économique entamée par les États de la zone. Elle est ouverte aux investisseurs de l’espace UEMOA et HORS UEMOA. La nature des titres Bons et Obligations de Relance du Trésor de maturité initiale de 91 jours, 5 ans et 7 ans. Le Montant mis en adjudication 50 000 millions de FCFA au taux d’intérêt respectif de  5,40% 5,60%. Selon les Modalités de souscription des titres, l’accès au marché primaire est réservé aux intermédiaires agréés qui disposent de comptes auprès de la BCEAO que sont : les établissements de crédit ; – les organismes financiers régionaux ;  les Sociétés de Gestion et d’Intermédiation (SGI) ;  les Spécialistes en Valeurs du Trésor (SVT). Les autres investisseurs peuvent soumissionner au travers de ces intermédiaires agréés. Le montant par souscription ne peut dépasser 60% du montant mis en adjudication. Pour rappel, l’analyse de l’évolution de la décomposition du PIB de la Cote d’Ivoire par secteur laisse apparaître quelques signes d’amorce, voire d’accélération du processus d’industrialisation entre 2016 et 201913. Mais avec la pandémie de la Covid-19, la part estimée du secteur secondaire en 2020 a connu une baisse de 0,3 point passant de 21,2 % du PIB en 2019 à 20,9 % en 2020.

 

Leave A Reply

Your email address will not be published.