Ministère du Cadre de vie : 219.448,852 milliards FCFA pour le projet de budget 2023

0 126

Le ministre du Cadre de vie et du développement durable, José Tonato en présence de ses collaborateurs a présenté ce jeudi 17 novembre 2022 au Palais des Gouverneurs à Porto-Novo le projet de budget de son département ministériel au titre de l’année 2023 à la commission budgétaire. Ce budget en hausse de 28,90% par rapport à 2022 dépasse toutes les autres prévisions budgétaires des exercices antérieurs et traduit l’ambition et la volonté du Gouvernement de consacrer autant d’efforts pour améliorer le cadre de vie des populations. Pour la gestion budgétaire 2023, le Ministère du Cadre de vie et du développement durable (MCVDD) bénéficie d’une enveloppe budgétaire de  219.448,852 milliards FCFA dont 9 911,691 millions FCFA, soit 4,52 % pour les dépenses ordinaires et 209 537,161 millions FCFA, soit 95,48 % pour les dépenses en capital. Cette dotation est en hausse de 28,90% par rapport à la dotation de 2022 qui s’élève à 170 252,035 millions FCFA et dépasse par ailleurs toutes les autres prévisions budgétaires des exercices antérieurs. Il faut préciser que l’année 2023 sera marquée par la poursuite et la consolidation des réformes et des projets structurants tels que la réhabilitation et l’aménagement des voiries dans certaines villes du Bénin : « asphaltage » phase B ; l’assainissement pluvial de Cotonou et des villes secondaires ;  la construction des équipements marchands ; la gestion intégrée des déchets, boues de vidange et eaux usées dans les grandes villes du Bénin ;  le renforcement de la mobilité urbaine dans le Grand-Nokoué ; la protection effective de la zone côtière du Bénin à l’Ouest (Hillacondji-Grand-Popo) ;  l’aménagement et la réhabilitation des lacs Ahémé et Nokoué et de la lagune de Porto-Novo; la construction des bâtiments administratifs et des infrastructures socio-communautaires (Cité administrative d’Abomey-Calavi, Cité ministérielle de Cotonou, 11 Cités administratives départementales, Sièges des institutions …) ; le programme des 20.000 logements ; le Programme national de conservation de la biodiversité et de gestion durable des forêts, aires protégés et terres ;  le Projet forêts classées du Bénin, …

         Par ailleurs, la poursuite et la consolidation des réformes engagées depuis 2016 permettront de mettre effectivement en œuvre les priorités majeures du secteur à partir de 2023, notamment le financement effectif des initiatives environnementales et climatiques, suite à l’accréditation du FNEC au Fonds vert pour le climat (FVC) et au Fonds d’adaptation (FA), l’organisation de l’Assistance à la maîtrise d’ouvrage (AMO) en matière de construction des édifices publics, la réforme du secteur de l’assainissement au Bénin, l’opérationnalisation du Système d’informations statistiques pour répondre efficacement aux besoins d’indicateurs dont ceux liés aux ODD.

Le renforcement de la résilience du Bénin aux changements climatiques occupe une place de choix dans la politique du gouvernement. Ainsi, le MCVDD renforcera en 2023 les interventions initiées dans ce domaine en exécutant de concert avec les partenaires au développement, des projets d’envergure susceptibles de réduire les risques d’inondations dans les villes grâce à la mise en place des infrastructures résilientes et d’accroitre les capacités de résilience des communautés béninoises. Quatre (04) programmes métiers et un (01) programme soutien permettent au MCVDD de mener ses dix (17) actions et cent-vingt-huit (128) activités budgétaires qui visent en 2023 à « améliorer substantiellement le cadre de vie des Béninois et à préserver l’environnement, de plus en plus fragilisé par les changements climatiques, la désertification et les pollutions de toutes sortes, en vue de contribuer durablement à la croissance économique, à la création de richesses et à la réduction de la pauvreté ». 

Pour la gestion budgétaire 2022, le MCVDD a bénéficié d’une enveloppe budgétaire globale de 170 252,035 milliards FCFA dont 8 460,946 millions FCFA, soit 5% pour les dépenses ordinaires et 161 791,089 millions FCFA, soit 95% pour les dépenses en capital. Il est financé à 72% sur les ressources intérieures.

Par A.W.A.

Leave A Reply

Your email address will not be published.