Comptes extérieurs du Bénin 2021 : Les importations de biens dépassent largement les exportations

0 283

La Direction Nationale de la Banque Centrale des Etats de l’Afrique de l’ouest (BCEAO) pour le Bénin a organisé ce jeudi 16 février 2023, par visioconférence la journée de diffusion des comptes extérieurs du Bénin au titre de l’année 2021. A cette occasion, toutes les statistiques sur les comptes extérieurs du Bénin en 2021 ont été passées au scanner et des propositions ont été formulées pour booster le développement économique du Bénin.

La journée de diffusion des comptes extérieurs du Bénin au titre de l’année 2021, qui est à sa 15ème édition a connu la participation de divers responsables à divers niveaux. Il s’agit des responsables de l’Administration publique, des organisations internationales, du secteur privé, des banques, des universités, des centres de recherche et des journalistes économiques. Les membres du Comité National de la Balance des Paiements ont également pris part à la séance. Dans son mot de bienvenue, Monsieur Emmanuel ASSILAMEHOO, Directeur National de la BCEAO pour le Bénin, a d’abord remercié les participants qui sont près d’une centaine. Ensuite, le DN a expliqué les enjeux de la diffusion des comptes extérieurs et de la présentation de la position extérieure globale à fin décembre 2021 du Bénin qui visent à analyser les résultats,  identifier des mesures de politiques de développement et à faire des propositions.

Pour Monsieur Hermann Orou TAKOU, Directeur de cabinet du Ministère de l’Economie et des Finances représentant le Ministre d’Etat, Romuald Wadagni,  « la diffusion des comptes extérieurs  est une occasion d’analyser les efforts déployés par le gouvernement ». La modération des échanges a été assurée par Monsieur Laurent HOUNSA, Directeur Général de l’Institut National de la Statistique et de la Démographie.

En effet, selon les résultats, les échanges extérieurs du Bénin se sont déroulés dans un contexte international marqué par une reprise économique vigoureuse dans la plupart des pays. Et, le Bénin a enregistré un taux de croissance estimée à 7,2% contre 3,8% en 2020. Le solde global de la balance des paiements affiche un excédent plus élevé en 2021 qui est de 597.462,3 millions FCFA contre 306.937,9 millions FCFA en 2020. Cette évolution traduit un excès de couverture du déficit des transactions courantes par l’excédent du compte de capital et les entrées nettes de flux financiers enregistrés en termes d’investissements de portefeuille et d’investissements directs.

Pour ce qui concerne le déficit des transactions courantes, il s’est établi à 4,2% en 2021 contre 1,7% en 2020, en relation principalement avec une progression des importations de biens à un rythme plus élevé (+22,4%) que celui des exportations de biens (+17,4%), combinée à une hausse des importations nettes de services (+44,9%) et des paiements nets de revenus primaires (+50,6%). Cette évolution est à mettre en relation avec la conjoncture économique durant l’année sous revue.

Les résultats indiquent que le déficit du compte du revenu primaire s’est creusé de 35.292,1 millions FCFA pour se situer à 104.990,2 millions FCFA en 2021 en liaison avec les intérêts payés au titre de la dette publique extérieure (-56.747,5 millions FCFA) et les revenus nets versés (-53.252,1 millions FCFA) aux investisseurs directs étrangers. Quant au compte de revenu secondaire, il maintient un profil excédentaire, en relation avec les transferts reçus par les administrations publiques dans le cadre de la coopération internationale et les envois de fonds des béninois résidents à l’étranger. Son excédent s’est établi à 125.549,1 millions FCFA contre 162.594,5 millions FCFA en 2020, en relation avec le repli des appuis apportés au Gouvernement par ses partenaires techniques et financiers pour soutenir la riposte contre la pandémie de Covid-19 et la relance économique au Bénin.

Le compte de capital est ressorti excédentaire de 143.841,2 millions au cours de l’année sous revue contre 100.503,0 millions en 2020, en liaison avec une hausse des transferts en capital reçus par les administrations publiques et les organisations non gouvernementales implantées au Bénin.

La position extérieure globale du Bénin en 2021

La Position Extérieure Globale (PEG) dégage un passif financier net de 4.261.673,2 millions FCFA au 31 décembre 2021 contre 3.952.792,3 millions FCFA au 31 décembre 2020, selon les résultats. Le stock des actifs s’est établi à 3.424.961,3 millions FCFA au 31 décembre 2021 contre 2.592.948,6 millions FCFA une année plus tôt.

Les actifs sont détenus sous forme d’investissements de portefeuille (57,0%), notamment de titres publics acquis sur le marché régional de la dette publique, d’avoirs de réserve (14,9%) et de prêts (13,7%). Ces actifs sont concentrés dans la zone UEMOA (67,4%).

Quant aux passifs, ils sont constitués d’emprunts extérieurs (+40,4%), d’investissements directs (+26,4%) et d’investissements de portefeuille (+21,0%). Ils sont contractés auprès des autres pays (53,1%), des pays de l’UEMOA (32,6%) et de la Zone euro (14,3%). Les variations nettes induites par les autres changements d’actifs et de passifs se sont élevées à -48.122,4millions, imputables essentiellement aux variations du taux de change.

Des recommandations au gouvernement et au secteur privé

Au terme des analyses des résultats, pour corriger le déficit structurel du compte courant de la balance des paiements et  renforcer les entrées de ressources au niveau du compte financier, quelques recommandations ont été formulées tant au niveau du gouvernement qu’à l’endroit du secteur privé, créateur de richesse.

Ainsi, à l’endroit du Gouvernement, il a été recommandé de : poursuivre les actions de diversification de l’économie, en favorisant les initiatives du secteur privé visant le renforcement des capacités de transformation des produits agricoles, autrefois exportés à l’état brut ; Continuer le renforcement du cadre d’investissement par l’assouplissement des procédures, la disponibilité des services publics, l’amélioration de l’accès à l’énergie et à l’eau de meilleure qualité ; Poursuivre les actions de consolidation de la coopération commerciale avec le Nigeria et les autres pays de la sous-région ; Poursuivre le renforcement de la gestion de la dette, en continuant de viser la réduction du coût et des risques de change dans la stratégie d’endettement.

Pour ce qui concerne le secteur privé, il leur a été recommandé de : se positionner sur les opportunités offertes par le Gouvernement, en investissant notamment dans la zone économique spéciale de Glo-Djigbé ; Encaisser et rapatrier les recettes d’exportation conformément aux dispositions du Règlement des relations financières extérieures.

Par Abdul Wahab ADO  

Leave A Reply

Your email address will not be published.