Finance Publique : Le Bénin adopte le document de programmation budgétaire et économique pluriannuelle 2025-2027

0 90

Les membres du gouvernement ont tenu leur rencontre hebdomadaire du conseil des ministres ce mercredi 12 juin 2024 à Cotonou. C’était sous la présidence effective du chef de l’Etat Patrice Talon. Plusieurs décisions ont été prises au cours de cette rencontre hebdomadaire des ministres. Au plan de la communication, la décision phare est celle reletive à l’adoption du document de programme budgétaire et économique pluriannuelle 2025-2027.

Lire l’intégralité de la décision

«I-3. Adoption du Document de Programmation budgétaire et économique pluriannuelle 2025-2027.

Institué par la loi organique relative aux lois de finances, le Débat d’Orientation budgétaire a pour principal support le Document de Programmation budgétaire et économique pluriannuelle, accompagné des documents de Programmation pluriannuelle des dépenses qui constituent les principaux vecteurs de la performance.

L’ensemble de ces documents forme le rapport préparatoire au Débat qui participe du renforcement des pouvoirs de contrôle de l’institution parlementaire. Cette démarche permet d’améliorer son information à travers la présentation d’une première estimation de l’évolution de la situation économique et financière du pays à moyen terme.

C’est à cette fin que le présent Document de Programmation budgétaire et économique pluriannuelle a été adopté par le Conseil pour être transmis à la Représentation nationale.

Il postule que sur la période 2025-2027, la politique économique sera orientée vers la poursuite de la transformation de l’économie conformément au Programme d’Action du Gouvernement 2021-2026.

Plus précisément, l’État poursuivra les actions de diversification de l’économie, d’amélioration des capacités de production et de la productivité. Il est à noter qu’un accent particulier sera accordé au développement du secteur industriel, l’objectif étant de poursuivre la remontée des chaînes de valeurs par une transformation locale des produits agricoles et non agricoles. Dans ce cadre, l’État continuera le développement de la Zone économique spéciale de Glo-Djigbé et poursuivra son accompagnement au secteur industriel en général.

Sur le plan social, l’État s’investira dans l’extension des filets sociaux et les progrès vers l’atteinte des Objectifs du Développement Durable (ODD).

Le but visé est de faire bénéficier les fruits de la croissance au plus grand nombre et d’améliorer les conditions de vie des populations, notamment les plus vulnérables. A cet effet, la généralisation du projet Assurance pour le Renforcement du Capital Humain (ARCH) sera effective, les autres mesures sociales seront poursuivies et renforcées ; les projets à fort impact social et sur les ODD continueront de cristalliser l’attention.

S’agissant des finances publiques, l’État va maintenir un cadre financier soutenable. Pour ce faire, un accent sera mis sur la bonne conduite de son Programme économique et financier avec le Fonds Monétaire International (FMI) dont les revues à date se sont soldées par la réalisation de tous les critères de performance et des repères structurels.

En outre, les réformes engagées au niveau des entreprises publiques, des collectivités locales et des organismes de sécurité sociale seront consolidées afin de sauvegarder les acquis et d’optimiser leurs contributions à l’économie.

Enfin, l’ensemble des interventions de l’État se fera de manière à préserver la viabilité de la dette et la soutenabilité des finances publiques.  »

Leave A Reply

Your email address will not be published.