Parlement du Bénin : Les députés votent les 3.033,337 milliards FCFA du budget 2023

0 104

Le Bénin a déjà sa loi de finances pour la gestion de l’Etat exercice 2023. Les élus du peuple ont adopté ce jeudi 1er décembre 2022 au Parlement le budget général de l’Etat exercice 2023. C’est au terme du débat amendements en présence du ministre d’État, Ministre de l’économie et de finances, Romuald WADAGNI que la loi de finances 2023 dont le montant est de 3033,337 milliards FCFA a été adoptée.

« Au terme des amendements nous venons de doter l’exécutif de moyen pour la gestion et la politique publique en 2023 » a confié le Président du Parlement béninois Louis Gbèhounou Vlavonou. En effet, c’est à l’unanimité des députés présents que le projet de loi de finances de 2023 a été voté.   Le Ministre d’État, Ministre de l’économie et des finances après le vote a remercié les députés avant d’insister sur le hautement social dans ce budget. « Très heureux de l’adoption à l’unanimité par les Honorables députés de la loi de finances pour la gestion 2023. Le Budget de l’Etat que cette loi porte, marque une accélération du ‘’Hautement social’’ annoncé par le Président de la République, Patrice Talon. » a écrit Romuald WADAGNI sur sa page Facebook avant de poursuivre : « Avec ce budget, notre pays va continuer à se développer, tout en mettant en place des politiques économiques et sociales pour le mieux-être de nos populations ».

Sur les 3 033,337 milliards de francs FCFA autorisés par les députés, plus de 1 000 milliards de FCFA adressent les questions sociales avec une perspective de croissance économique de 6,5% en 2023. Le budget de l’Etat est « Hautement Social » et est axé sur le développement durable.

La loi de finances gestion 2023 s’inscrit dans le programme d’actions du gouvernement qui accorde davantage de moyens à certains secteurs. Il s’agit de : l’assainissement du cadre de vie, la santé et la protection sociale, l’éducation, l’eau et l’énergie, le numérique et l’économie du savoir, la sécurité et la protection civile, l’emploi des jeunes, les sports, l’agriculture, etc. Elle est la matérialisation d’une politique économique et sociale en phase avec l’atteinte des Objectifs du Développement Durable (ODD).

Dans son ensemble, le budget de l’Etat pour la gestion 2023, porte de nouvelles initiatives sociales et renforce les allocations budgétaires au profit des programmes existants. Il s’agit à titre illustratif de l’extension de l’exonération des frais de contribution scolaire des élèves filles au second cycle de l’enseignement secondaire, du projet de renforcement des filets sociaux en République du Bénin (GBESSOKE) dont l’objectif est de contribuer à l’amélioration des conditions de vie des ménages dans l’extrême pauvreté et leur autonomisation socio-économique, de l’accès à l’électricité à tous les ménages d’ici 2026 par l’adoption d’une politique d’allègement des frais de raccordement, de l’institution pour les établissements publics ou privés du second degré et les centres d’alphabétisation des  programmes de vies courantes organisés sous la dénomination de « classes socio-éducatives », de l’encadrement et la prise en charge des personnes en déperdition et en situation de mendicité, du renforcement des programmes de santé maternelle, de vaccination des enfants et de lutte contre le paludisme, de l’engagement pour l’accès universel au programme national d’alimentation scolaire intégré (PNASI), du programme d’assistance pour le maintien des filles à l’école au niveau de l’enseignement secondaire, technique et de la formation professionnelle (Projet SWEDD), de l’augmentation significative des subventions pour la gratuité des frais de scolarité dans les universités publiques, des facilités pour la prise en charge par l’État des cotisations sociales des travailleurs domestiques, etc.

Quelques actions sectorielles du budget 2023

Dans le domaine de l’assainissement du cadre de vie, les priorités pour 2023 peuvent se résumer comme suit : la poursuite de la modernisation du système de gestion des déchets solides ménagers à d’autres grandes villes du Bénin, en y incluant la gestion des boues de vidange et eaux usées, la promotion agroforestière et économique du recyclage, la promotion des énergies de substitution et la gestion de la biomasse-énergie, la poursuite de la construction de 35 marchés, la mise en œuvre de l’assainissement pluvial des villes secondaires , la promotion des logements décents,  l’aménagement des voies de desserte des stades communaux, la poursuite de l’asphaltage, etc.

En ce qui concerne les affaires sociales, pour la gestion 2023, l’État contribue à l’amélioration du bien-être des couches vulnérables. Pour ce faire, les priorités sont, entre autres : le renforcement du leadership de l’État dans le secteur de la protection sociale (questions d’agrément et de suivi du respect des normes), la poursuite de la mise en place de l’Assurance pour le Renforcement du Capital Humain (ARCH),  la mise en place d’un programme élargi de filets de sécurité sociale,  l’amélioration des conditions d’accès des femmes à la propriété foncière productive, aux filières porteuses, aux matériels agricoles mécanisés et aux intrants dans les communes, la promotion des systèmes légers de prise en charge des personnes vulnérables (familles hôtes, appui aux Activités Génératrices de Revenus (AGR), aux Orphelins et Enfants Vulnérables (OEV), aux Personnes Vivant avec le VIH (PVVIH)), etc.

Dans le secteur de l’eau, la politique économique de l’État vise à assurer équitablement l’accès à l’eau potable, à l’assainissement et la valorisation de l’eau. A cet effet, l’accent est mis pour 2023 sur : le renforcement du système d’Approvisionnement en Eau Potable de la ville de Cotonou et ses agglomérations, l’alimentation en eau de la Zone économique spéciale de Glo-Djigbé, l’accélération de l’accès équitable et durable à l’eau potable pour les populations en zones urbaines et péri-urbaines, la réhabilitation des adductions d’eau villageoises existantes, le renforcement et la densification des réseaux de distribution, etc.

Dans le domaine agricole pour la gestion 2023, l’État focalisera ses actions sur l’amélioration des performances du secteur agricole, pour le rendre capable d’assurer de façon durable la souveraineté alimentaire, la sécurité alimentaire et nutritionnelle, et de contribuer au développement économique et social des hommes et femmes du Bénin pour l’atteinte des Objectifs de Développement Durable (ODD). A ce titre, les priorités sont axées sur : la consolidation des acquis de l’opérationnalisation des pôles de développement agricole, la mise en œuvre du Programme National de Développement des Plantations et Grandes Cultures, la promotion d’un nouveau type d’élevage résilient garantissant plus de sécurité et de rentabilité aux éleveurs, la transformation, le stockage et la conservation des produits agricoles, etc.

En ce qui concerne l’énergie, l’État veillera à assurer une offre de services énergétiques de qualité, en quantité et en toute sécurité. Pour ce faire, les priorités de 2023 concerneront : la construction d’un barrage hydroélectrique Dogo bis d’une capacité de 128 MW, la construction d’une Centrale thermique de 140 MW dans la Zone Économique Spéciale de Glo-Djigbé et d’une centrale thermique IPP GENESIS de 40 MW à Maria Gléta, l’amélioration de la performance de la SBEE dans le cadre du Projet d’Amélioration des Services Énergétiques (PASE),  la densification du Réseau de Distribution dans 25 Communes du Bénin (PADSBEE-BADEA),  la construction d’une centrale solaire photovoltaïque en IPP GREENHEART POWER AFRICA (GPA) de 10 MW, la poursuite du programme MCA Bénin 2 (Projets Réformes, Distribution), etc.

Des secteurs vitaux pris en compte

Dans son budget 2023, le gouvernement du Bénin a pris en compte tous les secteurs vitaux : Santé, Éducation, Sécurité et autres. Dans le secteur de la santé, par exemple les priorités pour 2023 portent sur : la réorganisation de la carte sanitaire, la poursuite de la déconcentration/décentralisation dans le secteur de la santé par la mise en œuvre du plan 2D du secteur et le renforcement du transfert des ressources aux communes à travers le FADeC , le renforcement de la gestion des épidémies et autres urgences et situations de crise sanitaire ; la construction de 3 hôpitaux de zone de 120 lits (Adjarra-Avrankou-Akpro-Missérété, Adjohoun-Bonou-Dangbo, Zogbodomey-Bohicon-Zakpota), le renforcement de l’assistance médicale aux pauvres, indigents et couches vulnérables , etc.

D’une manière générale 1 000 milliards sur les 3 033 milliards de francs CFA seront investis en 2023 dans des actions ayant un impact direct sur la vie des citoyens.  Pour ailleurs, le budget 2023 s’équilibre en recettes et en dépenses à plus de 3033 milliards FCFA (3033,337 milliards FCFA) contre le collectif budgétaire, c’est-à-dire le budget remanié de l’État pour la gestion 2022 qui est d’un montant de 2.956,661 milliards de Fcfa.

Leave A Reply

Your email address will not be published.