Hausse du salaire des agents de l’Etat : Le plaidoyer du SG, Noël CHADARE aux travailleurs du secteur privé

0 114

L’augmentation du salaire des fonctionnaires de l’Etat est effective depuis le 20 décembre 2022. Mais pour les travailleurs du secteur privé où le Salaire minimum interprofessionnel garanti (SMIG) doit passer de 40 000 FCFA à 52 000 FCFA, cela pourrait prendre du temps. Noël CHADARE, SG Confédération des organisations syndicales indépendantes du Bénin (COSI), après avoir félicité le gouvernement pour la revalorisation des salaires des fonctionnaires de l’Etat, a fait un plaidoyer à l’endroit des travailleurs du privé et au Ministère de l’Industrie et du Commerce. Lire en intégralité les explications du SG de la COSI Bénin.

Pour Noël CHADARE, SG Confédération des organisations syndicales indépendantes du Bénin (COSI), « On félicite le pouvoir pour cet effort qui a été fait… Que les prix des produits sur les marchés soient respectés ».  « Les informations qui nous sont parvenues de la part des fonctionnaires d’État qui sont allés chercher leurs salaires dans les banques, confirment l’effectivité de l’augmentation des salaires. A compter de ce mois de décembre, ils ont constaté sur leurs fiches de paie l’augmentation. Ils ont exprimé une joie et ont constaté que l’État, le gouvernement a tenu parole. Puisque, c’est cela qu’on avait convenu quand on s’était rencontré avec le pouvoir au Palais de la République et à la suite de ce qui a été décidé en conseil des ministres. Donc, c’est fait, c’est vérifié, il s’est avéré qu’il a eu augmentation des salaires. Pour le syndicaliste que je suis, j’apprécie le comportement du gouvernement qui a tenu parole. On félicite le pouvoir pour cet effort qui a été fait. Même si la satisfaction pour le syndicaliste que je suis, est une satisfaction relative parce qu’il y a une partie des travailleurs qui n’a pas trouvé son compte, notamment le secteur privé, informel qui eux attendent toujours de connaître cette situation qui procure de la joie à ceux du secteur public. Donc, je souhaite vivement comme le Chef de l’État l’a dit et a fait le plaidoyer auprès du secteur privé. Je l’ai fait aussi, nous continuons de le faire pour que les citoyens qui sont du même pays, qui vont sur le même marché puissent aussi connaître une revalorisation de leurs salaires et là ce serait justice faite pour tout le monde. Autre chose que je vais rappeler, dès ce mardi 20 décembre 2022, j’avais acheté certains produits, j’ai constaté une augmentation de 200 FCFA. Il y a déjà la spéculation, même avant qu’on ne touche les salaires, il y a des spéculations sur les produits de première nécessité, spéculations sur tout. J’invite le ministre du commerce, parce que si on veut que les travailleurs, que l’effort du gouvernement ne soit pas vain à cause de ces spéculations et que les travailleurs bénéficient effectivement de ce qui a été consenti comme efforts, le gouvernement a une autre partition à jouer et plus précisément le ministère du commerce : Veillez à ce que les prix des produits sur les marchés soient respectés et mettre en place un dispositif pour dénoncer ceux-là, on ne sait pour quelle raison, ils augmentent les prix ou font de la spéculation. Il faut veiller à ça sinon tous les efforts qui ont été faits seront nuls. On se retrouverait encore à la case de départ et on dira au gouvernement, il faut encore augmenter ».

Par Ousmane YAROU

Leave A Reply

Your email address will not be published.