Réformes des microcrédits : Le Bénin vante ses mérites au Congo  

0 117

Du 8 au 10 Février 2023, Véronique Tognifodé, Ministre des Affaires Sociales et de la Microfinance a participé aux assises Nationales de l’Economie Informelle au Congo. C’était sur invitation du gouvernement congolais où elle a partagé avec un public de professionnels, les expériences du Bénin en matière de financement des femmes du secteur informel par le Microcrédit Alafia. Les pratiques béninoises en inclusion financière et accès au financement des femmes, jeunes et des ouvriers ont été exposées à un parterre de personnalités le mercredi 8 Février 2023. La présentation faite par la Ministre des Affaires Sociales et de la Microfinance du Bénin, Véronique TOGNIFODE a permis de mettre en lumière, les avantages et les perspectives du financement des Activités génératrices de revenus (ARG) par le microcrédit Alafia au Bénin. Cela fait deux fois en un an que le Congo Brazzaville demande à mieux s’informer sur l’expérience du Bénin en matière de microcrédit aux personnes du secteur informel. En effet, le secteur informel est un secteur important et stratégique pour nos pays. Il cristallise le plus grand nombre d’emplois et représente une bonne partie de la richesse nationale. C’est un secteur fragile qui continue de poser de nombreux défis pour nos politiques nationales de développement. Au Bénin, le gouvernement sous le leadership du Président Patrice TALON a opté pour une stratégie d’accompagnement et de mutation progressive vers le formel. Plusieurs mesures sont prises dont des programmes de microcrédit plus adapté. « Au Bénin, l’économie informelle occupe 95 % de la main-d’œuvre et représente environ 60 % du PIB. Et les femmes y sont majoritaires ». C’est en ces termes que la Ministre a planté le décor devant les Brazzavillois avant d’expliquer que ce secteur informel contribue à l’économie béninoise aussi bien en termes de création de la richesse nationale que de création d’emplois et distribution des revenus. Selon la Ministre, la priorité est donnée aux femmes parce qu’elles représentent 63,6% des emplois dans le secteur informel et sont dominantes dans l’activité commerciale avec 76% des emplois.  Pour cela, des actions publiques dont le Microcrédit Alafia, ont été développées pour favoriser l’inclusion des plus démunis, notamment les femmes du système financier classique. La Ministre a évoqué devant l’assistance les réformes opérées pour dépolitiser le secteur, faciliter l’accès et les transactions aux femmes ainsi que les facilités mises en place afin de les soulager, atteindre un grand nombre de bénéficiaires et pérenniser le programme.

Au 31 Décembre 2022, deux ans après les réformes, c’est 21,493 milliards de FCFA qui ont été décaissés aux Systèmes Financiers Décentralisés (SFD) partenaires. Près de 500 mille personnes dont 86% de femmes ont été touchées avec un taux de remboursement de 94%. A ce jour, on note une réelle motivation aussi bien au niveau des SFD que des femmes bénéficiaires qui au-delà des individualités, s’organisent en groupement pour bénéficier de cet accompagnement. Il faut préciser que les Assises Nationales de l’Économie Informelle au Congo initiées par le Ministère en charge de l’Économie informelle avec l’appui de la Banque Mondiale et du PNUD, ont pour objectif d’offrir un espace de dialogue aux travailleurs de l’économie informelle et de dégager les axes prioritaires pour l’élaboration de la politique nationale de l’économie informelle assortie d’un plan d’action.  Les Assises ont permis de réunir autour d’une même table les décideurs publics, les acteurs du secteur informel, les organisations faitières de l’économie informelle, les économistes et bien d’autres responsables du domaine de l’économie informelle.

Leave A Reply

Your email address will not be published.