Révolution numérique dans l’Uemoa : Un accord-cadre signé entre la BOAD et Smart Africa

0 125

La Banque ouest-africaine de développement (BOAD) et l’Alliance Smart Africa ont signé ce mercredi 7 juin 2023 à Lomé un accord-cadre afin d’accélérer la transformation numérique dans les pays de l’Union économique et monétaire ouest africaine (UEMOA). La signature de ce partenariat marque également l’adhésion officielle de la BOAD à l’Alliance Smart Africa en tant que dernière institution partenaire en date, à rejoindre cette Alliance, qui comprend notamment la Commission Economique des Nations Unies pour l’Afrique (CEA), la Banque africaine de développement (BAD), la Banque mondiale, etc. Selon les clauses du partenariat, Africa Smart travaillera en étroite collaboration avec la BOAD à soutenir le développement et la mise en œuvre de projets de transformation numérique impliquant directement les pays membres de la BOAD, notamment les pays de l’Uemoa. Il s’agit, entre autres, de soutenir le développement d’infrastructures numériques telles que les réseaux à bande passante et les centres de données transfrontaliers dans la zone de l’UEMOA, ainsi que le développement des compétences techniques et de la culture numérique ; de collaborer sur des activités de levée de fonds en vue de la réalisation de projets identifiés comme étant d’intérêt mutuel, ainsi que sur les opérations et la mise en œuvre de Smart Africa Trust Alliance (SATA).

Echange de documents administratifs entre les deux responsables

En effet, très ravis de la signature de l’accord cadre, M. Lacina Koné, le Directeur Général et Président de Smart Africa a déclaré : « En joignant nos forces à celles de la BOAD, nous combinons notre expertise et nos ressources pour ouvrir la voie à une révolution numérique qui donnera plus de pouvoir aux nations d’Afrique de l’Ouest et à leurs citoyens. Nous célébrons cette année notre dixième anniversaire et c’est grâce à de tels partenariats qu’une réalisation plus rapide et plus efficace de l’agenda numérique de notre continent sera possible. » Il préciser que l’engagement de la BOAD dans ce partenariat s’inscrit dans le cadre de son plan stratégique Djoliba, qui met l’accent sur six domaines clés : les cadres réglementaires, les infrastructures, les plateformes numériques publiques, les services financiers numériques, la gouvernance numérique et l’entrepreneuriat. A ce propos, le Président de la BOAD, Monsieur Serge EKUE, a souligné la volonté de la BOAD de « Connecter, Innover et Transformer », d’où l’intérêt de la Banque à rejoindre l’Alliance Smart Africa en qualité de partenaire de financement afin de stimuler des investissements adaptés aux projets numériques impactant les pays de la zone UEMOA. Il s’agira plus spécifiquement des éventuels financements orientés sur des initiatives à savoir : l’appui au développement du commerce électronique dans l’espace UEMOA via le projet Smart Africa Trust Alliance (SATA) et entrant dans le cadre de la mise en œuvre de la ZLECAF ; le soutien à la mise en œuvre des projets d’inclusion financière dans le cadre de l’intégration sous-régionale conformément aux orientations de l’axe 1 du plan DJOLIBA ; le soutien à l’écosystème de l’innovation à travers la vulgarisation de l’outil « Startups » au profit de nos états membres, en fonction de leur niveau d’avancement ; et l’appui au renforcement des capacités et développement des compétences dans le cadre de la mise à l’échelle de Smart Africa Digital Academy (SADA). Le Président de la BOAD s’est par ailleurs félicité de l’engagement de toutes les parties prenantes à trouver des solutions concrètes et innovantes pour la croissance économique à travers la création d’alliances, de partenariats et d’unions pour favoriser l’intégration des sous-régions et, par ricochet, l’intégration africaine pour le bonheur de nos populations.

Que retenir de Smart Africa ?

Smart Africa est une alliance de 38 pays africains, d’organismes internationaux et d’acteurs du secteur privé mondial chargés de l’agenda numérique de l’Afrique. L’alliance s’appuie sur l’engagement audacieux et novateur des chefs d’État africains d’accélérer le développement socio-économique durable du continent et de faire entrer l’Afrique dans l’économie du savoir grâce à un accès abordable au haut débit et à l’utilisation des TIC. Avec la vision de créer un marché numérique unique en Afrique d’ici 2030, l’Alliance Smart Africa rassemble des chefs d’État qui cherchent à accélérer la numérisation du continent et à créer un marché commun. Lancée en 2013 par sept (7) chefs d’État africains, l’Alliance compte aujourd’hui 38 pays membres, représentant plus de 1,1 milliard de personnes et plus de 40 membres du secteur privé engagés dans la vision et l’avancement de l’Afrique.

La BOAD en bref

La Banque Ouest Africaine de Développement (BOAD) est l’institution financière de développement commune aux pays membres de l’Union Monétaire Ouest Africaine (UMOA). C’est un établissement public à caractère international qui a pour objet, conformément à l’article 2 de ses statuts, de promouvoir le développement équilibré de ses Etats membres et de favoriser l’intégration économique de l’Afrique de l’Ouest par le financement de projets prioritaires de développement. Elle est accréditée auprès des trois fonds de financement du climat (FEM, AF, GCF). Depuis 2009, la BOAD siège en tant qu’observateur à la CCNUCC et participe activement aux discussions sur l’élaboration d’un système international de financement du climat. Depuis janvier 2013, elle abrite le premier Centre Régional de Collaboration (CRC) sur le Mécanisme de Développement Propre (MDP), dont l’objectif est d’apporter un soutien direct aux gouvernements, aux ONG et au secteur privé dans l’identification et le développement de projets MDP. La Banque s’est engagée à atteindre la neutralité carbone d’ici 2023 et est membre actif de l’International Development Finance Club (IDFC), qui regroupe 24 banques de développement nationales, régionales et bilatérales.

Leave A Reply

Your email address will not be published.