52ème session ordinaire du CIP-UEMOA : Les défis et opportunités de la Zlecaf préoccupent les députés

0 90

« La mise en œuvre des règles communautaires de concurrence,  la mise en œuvre de la zone de libre-échange continentale africaine : défis et opportunités et enfin  le commerce électronique au centre des débats parlementaires. Ce sont les trois  thèmes sur lesquels la 52ème session ordinaire et la 2eme session ordinaire du Comité interparlementaire (CIP-Uemoa) se tiennent à Cotonou à Sun Beach Hôtel du 05 au 13 septembre 2023. C’est le député Richard ALLOSSOHOUN, vice-président du Cip-Uemoa représentant le président du Cip-Uemoa qui a lancé les travaux ce mardi 05 septembre 2023. C’était  en présence du président de l’Assemblée nationale Louis VLAVONOU, du représentant résidant par intérim de l’Uemoa au Bénin  M. Ibrahima KARAMBE, des députés et bien d’autres personnalités. Dans son allocution au lancement des travaux, l’he Richard Allossohoun a,  d’entrée de jeu, réitéré les félicitations du Cip-Uemoa au président Vlavonou pour sa réélection à la tête du Parlement.  L’he Allossohoun a rappelé aux députés que cette 2eme session ordinaire s’ouvre dans un contexte régional difficile où notre espace communautaire fait face à des défis multiformes liés à l’exposition à des chocs aussi bien externes qu’internes, notamment, des crises socio-politiques, l’étroitesse de son système financier, la paix et la sécurité, des contraintes d’infrastructures, la lenteur dans la transformation de l’économie, les effets négatifs découlant du changement climatique. Au regard de ces difficultés qu’un seul État ne peut à l’évidence surmonter, l’he Richard Allossohoun a indiqué que seule une intégration forte, bien comprise et acceptée des populations, fondée sur une volonté politique inébranlable, constitue la voie inconditionnelle qui s’impose à nos États. « De ce fait, notre Union doit conforter le pilier fondamental de l’intégration  qu’est la libre circulation des personnes et des  biens, par l’appropriation effective des réformes par les communautés de nos États elles-mêmes. », a martelé le vice-président du Cip-Uemoa avant de faire quelques propositions. Selon lui, pour y arriver, il va falloir persévérer dans la sensibilisation des populations et mener des plaidoyers adéquats auprès des décideurs pour l’application des politiques communes à l’union, à travers l’harmonisation et la mise en œuvre des dispositions pratiques promulguées par le Traité modifié de l’Union économique et monétaire ouest africaine de 2003. Par ailleurs,  dans son discours, le vice-président du Cip-Uemoa a exprimé la solidarité de l’institution parlementaire sous régionale au peuple nigérien et a souhaité une sortie pacifique de crise et surtout un prompt retour à l’ordre constitutionnel par le dialogue et la médiation avec des institutions régionales notamment la Cedeao et l’Uemoa.

A ces assises, les députés du Cip-Uemoa procéderont à l’examen du budget 2024 ainsi que du cadre de programmation budgétaire pluriannuelle 2024-2026 du Cip et feront le point de l’exécution du budget 2023 du Cip au 31 août 2023, et enfin ils échangeront  sur la situation socio-politique dans les États membres de l’union. Les assises prendront fin le mercredi 13 septembre prochain.

Leave A Reply

Your email address will not be published.