Assemblée nationale : La session budgétaire 2023 ouverte au parlement

0 104

La deuxième session ordinaire de l’année 2023 de l’Assemblée nationale a démarré ce mardi 31 octobre. Elle est lancée par une cérémonie solennelle présidée par le président du parlement au Palais des Gouverneurs devant les députés et en présence de plusieurs autorités.

Les 109 députés de l’Assemblée béninoise reprennent le chemin de l’hémicycle pour la deuxième session ordinaire de l’année. L’ouverture de cette session connaîtra deux temps forts. Il s’agit de l’arrivée et l’installation du président du parlement, Louis Vlavonou, puis le discours de ce dernier devant les députés et les autres personnalités. Encore appelée session budgétaire parce qu’elle connaît l’étude et l’adoption de la loi des finances, la 2nde session ordinaire du parlement va durer trois mois conformément aux dispositions de l’article 87 de la Constitution : “L’Assemblée nationale se réunit de plein droit en deux sessions ordinaires par an. La première session s’ouvre dans le cours de la première quinzaine du mois d’avril. La deuxième session s’ouvre dans le cours de la seconde quinzaine du mois d’octobre. Chacune des sessions ne peut excéder trois mois”. Au cours des trois prochains mois, les députés vont se pencher sur les dossiers inscrits à l’ordre du jour de la session budgétaire. L’étude et l’adoption du projet de loi de finances, exercice 2024 en font partie.

Le président Vlavonou a, après avoir salué la présence massive des personnalités au sanctuaire de la démocratie qu’est le Parlement, situé l’enjeu de la cérémonie: « La présente cérémonie marque le démarrage de la deuxième session ordinaire de l’année, conformément aux dispositions de l’article 87 de la Constitution de notre cher pays, reprises par l’article 4 du Règlement intérieur de l’Assemblée nationale. La première moitié de cette session sera essentiellement consacrée à l’examen et au vote du budget de l’Etat pour la gestion 2024. Comme nous le savons tous, l’adoption de la loi de finances, expression chiffrée de la gestion du pays dans tous ses compartiments, est une prérogative constitutionnelle et un acte politique majeur qui va au-delà des relations entre le Gouvernement et le Parlement. Elle interpelle et intéresse toutes les composantes de la communauté nationale. »

      Toujours dans son discours, le président Vlavonou a insisté sur le climat de paix et de concorde qui est constamment entretenu collectivement par le Gouvernement, le Parlement, la justice, la diplomatie. Par ailleurs dans son discours, il a invité les députés et l’ensemble de la classe politique au respect mutuel pour la vitalité de la démocratie. Aussi a-t-il évoqué la problématique population/ développement qui est une question qui taraude l’esprit de tout le monde et qui oppose parfois les uns aux autres.

Félicitations aux députés

        Dans son allocution d’ouverture de la 2ème session ordinaire de 2023, le président Vlavonou a salué les députés pour non seulement leur présence à ladite cérémonie mais aussi pour toutes leurs actions. « …Mesdames et Messieurs les Honorables Députés, mes chers collègues, je m’en voudrais énormément, de ne pas vous remercier du fond de mon cœur pour votre présence massive à la présente cérémonie ; je voudrais y déceler le présage de votre assiduité réitérée aux travaux, tant en commissions qu’en séances plénières, tout au long de la présente session. Du reste, comment ne pas rappeler, ne serait-ce que pour m’en féliciter, que, grâce au sérieux dont vous avez toujours fait montre dans l’exercice de vos fonctions respectives, l’inter-session, souvent considérée comme une période de vacances, fut très riche en activités parlementaires ?

Vous avez été particulièrement assidus aux ateliers, séminaires et autres activités de renforcement des capacités organisés à votre intention. Grâce à votre disponibilité, nous avons pu tenir également deux sessions extraordinaires pour évacuer des dossiers urgents. À cet égard, je ne peux que me féliciter de l’adoption à bonne date par notre Parlement, le lundi 2 octobre dernier, du budget de l’institution dont le montant a été intégré tel quel dans le projet de loi de finances que nous nous préparons à examiner. Cette adoption qui s’est faite dans le respect de la Constitution, de la loi organique relative aux lois de finances et du Règlement intérieur, confirme s’il en était besoin, la séparation des pouvoirs et l’autonomie nécessaire qu’elle implique au profit de l’Assemblée nationale.

 Par ailleurs, certains d’entre vous ont été très actifs sur le front de la diplomatie parlementaire…..De même, il est important de le souligner, vous avez, Honorables Députés, pour la plupart, mis le reste du temps à profit pour rendre compte de vos activités à vos mandants respectifs et recueillir, le cas échéant, leurs diverses préoccupations en vue d’améliorer la qualité de votre travail parlementaire. C’est donc de tout cela, et de bien d’autres activités encore, que je tenais à vous féliciter car elles ont toutes contribué, d’une manière ou d’une autre, à rendre l’institution parlementaire plus visible et c’est tout à l’honneur de chacun d’entre nous…. », a laissé entendre le président de l’Assemblée nationale avant de les féliciter pour leur nomination à titre exceptionnel dans l’ordre national du mérite.

Toutes les conditions  sont réunies à priori pour le vote du budget

        Une partie du discours du président a été consacrée à l’examen du projet de budget de l’État 2024. Pour lui, du Débat d’orientation du budget le 13 juin 2023 avec les observations et amendements en passant par le vote du budget 2024 de l’Assemblée nationale, le respect de la loi organique n° 2013-14, du 27 septembre 2013, relative aux lois de finances sans oublier la transparence et l’inclusion qui caractérisent le processus, rien en réalité ne doit être un obstacle à  l’examen et l’adoption du projet de budget 2024 de l’État. « …Au regard de tout ce qui précède et sans toutefois dénier à la Représentation nationale son droit d’amendement tel que prévu et encadré par les dispositions de la Constitution et de notre Règlement intérieur, j’estime, pour ma part, que toutes les conditions sont à priori réunies pour un examen et une adoption, sans heurts significatifs, du projet de loi de finances pour la gestion 2024. »,  a rassuré le président Vlavonou. Pour l’année prochaine, le gouvernement a préparé un budget général d’un montant de 3.199,274 milliards de FCFA. Le projet de loi de finances qui le porte a été déjà été transmis à l’Assemblée nationale.

         Poursuivant ses propos, il a levé un coin de voile sur quelques points inscrits à l’ordre du jour de la 2eme session ordinaire de 2023 notamment la présentation et l’adoption de son  Rapport d’activités pour la période du 1er avril au 30 septembre 2023, l’examen et le vote de plusieurs projets et propositions de loi qui participent de la nécessité de poursuivre, voire de renforcer les réformes engagées, en vue de faire du Bénin un pays de mieux en mieux gouverné et, surtout, de le placer résolument sur l’orbite du développement économique et social.

Leave A Reply

Your email address will not be published.