Finances publiques: 7.003,6 milliards de FCFA pour le budget 2024 du Sénégal

0 99

Le Projet de loi de Finances  gestion 2024 du Sénégal, a été adopte ce samedi 18 novembre 2023 par les députés réunis en séance plénière. D’un montant de 7 003,6 milliards de FCFA, est bâti sur une prévision de croissance de 9,2%, contre 4,1% en 2023 et un déficit budgétaire attendu à 3,9% contre 4,9% en 2023. « Ce déficit devrait poursuivre une tendance à la baisse pour converger vers le plafond communautaire de 3,0% à compter de 2025 à la faveur de la dynamique de croissance vigoureuse sur la période 2024-2028, ainsi que de l’amélioration de l’efficacité et de l’efficience des dépenses publiques », a expliqué le ministre des Finances et du Budget, Mamadou Moustapha Bâ, cité par le rapport portant sur les Considérations générales sur le Projet de Loi de Finances de l’année 2024. Face aux députés, pour la présentation du Projet de Loi de Finances initiale 2024, le Ministre des Finances et du Budget a indiqué qu’au regard des considérations susmentionnées, les recettes du PLFI pour l’année 2024 sont arrêtées à 4 915,2 milliards FCFA contre 4 096,4 milliards FCFA pour la LFI 2023 et les dépenses à 5 755,4 milliards FCFA contre 5 141,9 milliards FCFA. Comparé à la LFI de 2023, ce projet de budget 2024 connaît une hausse des recettes de 818,8 milliards FCFA en valeur absolue (+20% en valeur relative) et des dépenses de 613,5 milliards FCFA en valeur absolue (+11,9% en valeur relative).

La part des recettes pour 2024

Quant aux recettes du Budget général, elles sont arrêtées en 2024 à 4 693 736 900 000 de FCFA, le Ministre a affirmé qu’elles sont composées des recettes internes pour un montant de 4 389 980 000 000 de FCFA, et des recettes externes d’un montant de 303 756 900 000 FCFA (dons budgétaires pour un montant de 47 156 900 000 de FCFA et des tirages sur dons en capital pour un montant de 256 600 000 000 FCFA). Globalement, la pression fiscale est projetée à 19,4% du PIB en 2024 contre 18,3% au titre de la LFI 2023, soit une progression de 1,1% correspondant à une hausse de 693,3 milliards FCFA. Cette progression serait le résultat mécanique de la croissance avec 9,2% d’augmentation du PIB, de l’embellie certaine des taxes sur biens et services ainsi que du renforceront des dispositifs de contrôle la DGID et de la Douane. Aussi, les administrations iront-elles traquer toutes les niches de recettes qui leur échappent jusqu’ici. Une ambition qui avait justifié la mise en œuvre de la Stratégie de Recettes à Moyen Terme (SRMT). S’agissant des recettes des Comptes spéciaux du Trésor, elles sont arrêtées à 221,5 milliards FCFA en 2024, soit une hausse de 25,2%. Elles sont constituées essentiellement des comptes d’affectation spéciale pour 195,0 milliards FCFA. Dans le détail, ce montant se décompose comme suit : (7,2 milliards FCFA destinés au fonds intergénérationnel, 15,2 milliards FCFA au fonds de stabilisation et 168,5 au Fonds national de Retraite) et des comptes de prêts positionnés à hauteur de 20,8 milliards FCFA.

Leave A Reply

Your email address will not be published.