Mobilisation des ressources financières au Bénin : Une hausse de 12,6% des recettes publiques en 2022

0 100

Les réformes de mobilisation des ressources financières engagées au Ministère de l’Economie et des finances ont porté leurs fruits. Car, à fin décembre 2022, les recettes de l’Etat ont enregistré une progression de 12,6% selon une note d’information sur la dette publique.  Les recettes publiques collectées pour le compte de l’année 2022 s’établissent à 1 458,5 milliards FCFA contre à 1.295,7 milliards FCFA en 2021.  Ce qui  correspond à une augmentation de 162,8 milliards de FCFA, soit une progression de 12,6%. La performance de mobilisation des recettes publiques est imputable aux multiples réformes économiques engagées. Selon la note d’information du Ministère de l’Economie et des finances, pour ce qui concerne les dépenses, elles sont ressorties à fin décembre 2022 à 2 184,9 milliards FCFA contre 1 949,4 milliards FCFA en 2021 et 1 719,9 milliards FCFA en 2020. Elles ont enregistré  ainsi une hausse de 12,1% par rapport à 2021 et 78,0% par rapport à 2019. Selon l’analyse des résultats, les recettes de l’Etat se sont inscrites globalement en hausse sur la période 2015-2022 en lien, entre autres, avec les réformes engagées au sein des régies financières à partir de 2016. Il faut préciser que pour 2022, la progression des dépenses publiques est en lien avec la hausse des dépenses de transfert et d’équipement du fait d’une part, de la mise en œuvre des mesures de riposte à la pandémie de la COVID-19 et des mesures de soutien du Gouvernement à la population face à la cherté de la vie et d’autre part, du vaste programme de construction d’infrastructures socio-économique prévu au titre du PAG 2016-2021. En pourcentage du PIB, les dépenses publiques représenteraient 20,2% en 2022 contre 19,9% en 2021. En effet, s’il y a une évolution des recettes et des dépenses, le déficit base ordonnancement est ressorti à 726,4 milliards de FCFA en 2022 contre 653,7 milliards de FCFA en 2021, marquant ainsi une dégradation. En pourcentage du PIB, le déficit hors dons s’établit à 6,7% comme en 2021. Pour le compte de l’année 2023, il est attendu une amélioration des recettes de l’Etat, en lien notamment avec la poursuite des réformes et une augmentation des dépenses par rapport à 2022. La hausse des dépenses serait tirée principalement par les dépenses de salaire et d’investissement, en lien respectivement avec les effets de la revalorisation de la masse salariale, devenue effective depuis décembre 2022 et la mise en œuvre du PAG2021- 2026 qui devrait connaître une phase active en 2023.

Pour rappel, les députés ont adopté la loi No 2022-25 portant loi de finances rectificative gestion 2022. Cette loi rectificative avait fait passer le budget gestion 2022 à un montant de 2.956,661 milliards de Fcfa contre 2.541,203 milliards de Fcfa initialement prévus, soit une progression de 16, 3%. Cette hausse est imputable, entre autres, à la prise en compte dans le budget de l’État, des mesures de sécurité et de soutien au pouvoir d’achat des ménages, l’objectif étant de renforcer les dépenses sociales au bénéfice des populations les plus vulnérables.

Par Abdul Wahab ADO

Leave A Reply

Your email address will not be published.