Financement du développement de Uemoa : 402,5 milliards  FCFA de la BOAD accordés au secteur public en 2022

0 230

(Economia24)-Au cours de l’année 2022, la Banque Ouest Africaine de Développement (BOAD) a accordé de moyens financiers colossaux au secteur public de l’Union économique et monétaire ouest africaine (Uemoa). Le Secteur public (public non marchand et public marchand) a bénéficié de financements à hauteur de 402,5 milliards FCFA, soit 73,5% des concours de l’année indique le rapport annuel 2022 de la BOAD. Ces financements favoriseront la réalisation de grands projets de développement orientés notamment vers l’amélioration de la sécurité alimentaire, le renforcement des infrastructures de transport et la digitalisation, la fourniture d’énergie électrique à partir de ressources renouvelables (solaire notamment) et l’offre de services sociaux de base (éducation, santé, eau potable, etc.).

145,1 milliards FCFA consentis  pour le soutien à la campagne agricole en 2022

Les nouveaux financements accordés portent le cumul des engagements nets  de la Banque à 7 227,3 milliards FCFA au 31 décembre 2022. De ces engagements, en ce qui concerne les entreprises privées, des prêts d’un montant de 145,1 milliards FCFA ont été consentis  pour le soutien à la campagne agricole (cacao, arachide, etc.), l’installation d’unités de transformation (coton, brasserie, etc.) et l’appui aux PME de l’Union.

Plus de 7 227 Mds FCFA de financement des économies ouest africaines en 2022

La Banque demeure également centrée sur sa mission de promotion de l’intégration régionale. Ainsi en 2022, sur les 7 227,3 milliards FCFA de financement des économies ouest africaines 2 169,2 milliards FCFA, soit 30%, ont bénéficié à des projets régionaux d’intégration, renseigne le rapport annuel publié le 09 août 2023.  Au 31 décembre 2022, les décaissements annuels se sont élevés à 389,3 milliards FCFA, contre 455,6 milliards FCFA en 2021, soit une baisse de 14,6%. Cette baisse est due notamment à la suspension des décaissements sur les prêts du Mali, pendant plus de la moitié de l’année, en application des sanctions financières de la CEDEAO et à un afflux moins important des demandes de mise à disposition de fonds. Ainsi, le taux de décaissement annuel (toutes opérations confondues), ressort à 19,4% pour l’année 2022, en baisse par rapport à l’année 2021 (22,5%). Quant au taux de décaissement cumulé, il s’établit à 70,03% (décaissements cumulés / engagements cumulés). Le cumul des décaissements se situant à 5 061,3 milliards FCFA.

Leave A Reply

Your email address will not be published.