Investissements au Bénin : Bientôt, des usines saoudiennes et sud-coréennes dans la GDIZ

0 99

Nasser Bin KADASH, grand investisseur saoudien et représentant d’un consortium d’investisseurs sud-coréens et saoudiens a été reçu ce jeudi 02 novembre 2023, par Létondji BEHETON directeur général de la Société d’investissement et de promotion de l’industrie (SIPI-BENIN). Accompagné d’une délégation de la BADEA conduite par Dr Zul-Kifl Salami, chargé de mission du président de la République, et Cedrick M. OLOUFEMI, directeur du développement à la BADEA, l’objet de la visite de l’opérateur économique Nasser Bin KADASH, l’un des responsables de la marque NSK est d’explorer les possibilités pour l’installation d’une usine de recyclage PET au sein de la Zone industrielle de Glo-Djigbe (GDIZ). Lors de son déplacement dans la GDIZ, les différents compartiments de la zone ont été visités. Il s’agit de l’usine de textile et les infrastructures de la zone. Une présentation du site a été faite par le directeur général de la SIPI-Bénin.

 Selon Létondji BEHETON, Nasser Bin KADASH, est un investisseur qui travaille déjà avec une joint-venture basée en Arabie Saoudite, et à la tête d’investisseurs saoudiens et sud-coréens. L’arrivée de cette joint-venture entre l’Arabie Saoudite et la Corée du Sud au Bénin, présente des avantages stratégiques pour le pays. « Avec l’arrivée de cet investisseurs, vont se greffer plusieurs autres investisseurs ; ce qui aura un impact considérable sur les investissements au sein de la zone », a expliqué le DG de la SIPI-BENIN insistant sur les avantages à lui accorder (allègement de mesures fiscales et douanières, la formation de la main d’œuvre, etc) pour son installation. L’homme d’affaires a été séduit et très satisfait.

Les explications de Dr Zul-Kifl Salami, chargé de mission du président Talon aux termes de la visite

« Vous avez le représentant d’une société qui représente un consortium d’investisseurs saoudiens et sud-coréens. Il est venu, représentant du consortium, et à titre exploratoire, pour voir un peu comment se présente le Bénin, pour voir particulièrement les facilités qu’offre la GDIZ ». (….).  Pour Dr Zul-Kifl Salami, la GDIZ est « une référence pour sensibiliser des investisseurs ». « Dr Nasser Bin KADASH est très impressionné par tout ce qu’il a vu à la GDIZ, les facilités qui sont offertes, la qualité des infrastructures, la rapidité dans la prise de décision, etc », a-t-il ajouté.

La présence de jeunes gens et jeunes dames, très préoccupés par leur travail selon lui, est un signe d’encouragement, et rassure de la productivité. « Le Royaume de l’Arabie Saoudite est une grande puissance économique et financière, et la Corée du Sud, une grande puissance industrielle. Amener ces deux compagnies au Bénin, constitue la pierre angulaire de ce qui va se passer à l’avenir. La réussite de ce premier projet permettra de faire venir les autres gros investisseurs d’Arabie Saoudite et de Corée du Sud », a expliqué le conseiller du chef de l’Etat rassurant que les discussions vont se poursuivre avec la Caisse de dépôt et de consignation (CDC), la Chambre du commerce et d’industrie du Bénin (CCI Bénin), la Société de gestion des déchets et de salubrité (SGDS).

Au-delà de Glo-Djigbé, l’investisseur va visiter d’autres sites, a informé l’ancien ministre d’Etat exprimant ses remerciements au président de la BADEA, initiateur de la visite qui, dans la nouvelle stratégie décennale de la banque, a mis l’accent sur le financement du secteur privé dans les pays de l’Afrique subsaharienne. Ce qui intéresse dans cette visite de Nasser Bin KADASH selon lui, est que le Bénin est le premier pays choisi par la BADEA pour faire venir ce consortium. Ce qui présage « des conséquences extraordinaires » sur l’économie nationale. Une fois que ce projet va démarrer, ce sera le point de décollage d’investissements plus grands venant d’Arabie Saoudite et d’autres pays du golfe, a rassuré Dr Zul-Kifl Salami. Avec ses satisfactions aux termes de la visite, on peut donc espérer dans les prochains mois, l’installation des usines saoudiennes et sud-coréennes dans la GDIZ.

Leave A Reply

Your email address will not be published.