4ème revue de facilité élargie de crédit du FMI : Le Bénin encaisse bientôt 68 millions de dollars

0 70

Le FMI et la République du Bénin sont parvenus à un accord au niveau des services sur la conclusion de la quatrième revue au titre du Mécanisme Elargi de Crédit et de la Facilité Elargie de Crédit et la première revue au titre de la Facilité pour la Résilience et la Durabilité, et achevé les consultations au titre de l’article IV. Selon le  communiqué du FMI en date du 9 mai 2024, une équipe du Fonds monétaire international (FMI), dirigée par M. Constant Lonkeng, a séjourné à Cotonou du 25 avril au 8 mai 2024, pour tenir des discussions portant sur la quatrième revue du programme du Bénin que le FMI appuie au titre du Mécanisme Elargi de Crédit (MEDC) et de la Facilité Elargie de Crédit (FEC) et la première revue du programme au titre de la Facilité pour la Résilience et la Durabilité (FRD), et conduire les consultations au titre de l’article IV pour le compte de l’année 2024. Ainsi, à l’issue de la mission, M. Lonkeng a déclaré : « J’ai le plaisir d’annoncer que le FMI est parvenu à un accord au niveau des services avec le Bénin sur les engagements du pays qui permettraient la conclusion de la quatrième revue au titre de l’accord mixte MEDC/FEC et de la première revue au titre de la Facilité pour la Résilience et la Durabilité (FRD). A la suite de la conclusion de la revue par le conseil d’administration du FMI, le Benin recevra un décaissement de 31,2 millions de DTS (environ 42 millions de dollars) au titre du MEDC/FEC et un décaissement de 19,8 millions de DTS (environ 26 millions de dollars) au titre de la FRD, portant ainsi le montant cumulé des décaissements au titre du MEDC/FEC à 420.8 millions de DTS (soit environ 555 millions de dollars). En somme, le Bénin va encaisser du FMI 68 millions de dollars soit près de 41,3 milliards de FCFA.

Des progrès notés et recommandations du FMI

« L’économie béninoise a fait preuve d’une très forte résilience face à de multiples chocs, avec une croissance économique estimée à 6,4 pour cent pour 2023, au-delà des attentes, soutenue par les investissements publics et privés. La croissance devrait rester robuste dans les années à venir, à mesure que les activités dans la zone économique spéciale se développent et que la diversification des sources de croissance économique se poursuit. Le Gouvernement a entamé le développement d’une politique éducative qui vise à réduire l’inadéquation éducation-emploi. Ceci permettra à terme de dynamiser le marché du travail pour répondre aux besoins d’une économie en cours de transformation et assurer la robustesse de la croissance à moyen et long terme.

L’institution de Bretton Woods note que « Les performances au titre du programme sont robustes tous les objectifs quantitatifs pour fin décembre 2023 ont été atteints, certains avec une marge confortable. La consolidation budgétaire se poursuit, après l’assouplissement budgétaire justifié en période de crise. Les autorités s’engagent à poursuivre la consolidation budgétaire tirée par la mobilisation des recettes, visant à converger vers la norme communautaire de déficit global de 3 pour cent du PIB d’ici 2025. La mise en œuvre remarquable du programme de réformes du Bénin a permis à l’Etat de mobiliser des ressources financières additionnelles auprès des bailleurs de fonds et des investisseurs internationaux, soulignant ainsi l’effet catalytique des décaissements avancés au titre du MEDC/FEC.

Selon le FMI, « Le programme de réformes structurelles, intégrant les considérations climatiques, avance convenablement. La mission a noté les progrès réalisés dans la finalisation des projets de textes d’application devant conduire à l’opérationnalisation du Haut-Commissariat à la Prévention de la Corruption (HCPC) et encourage les autorités à les poursuivre au vu de la finalisation de cette réforme importante et en ligne avec le Programme d’Actions du Gouvernement. Les autorités ont réitéré leur engagement pour la réforme des subventions aux carburants, en tenant compte des spécificités du marché local des hydrocarbures.

«Tout en notant que les performances macroéconomiques exemplaires au cours des années récentes ont permis de réduire la pauvreté, la mission recommande au Gouvernement de renforcer les actions en faveur de la réduction des inégalités entre les régions et les différents groupes de revenus. Dans ce sens, une actualisation du registre social contribuerait à améliorer le ciblage des programmes sociaux à mesure que leur couverture s’étend. De plus, avec un âge médian de 18 ans, une augmentation continue des dépenses budgétaires allouées à l’éducation et l’expansion de la numérisation en cours permettraient de capitaliser le dividende démographique.

« La mission a noté la prise de mesures législatives et règlementaires pour l’encadrement des incitations fiscales et non fiscales dans les zones économiques spéciales et insiste sur la nécessité de la poursuite de la politique de rationalisation des dépenses fiscales. Elle encourage par ailleurs le Gouvernement à poursuivre la rationalisation de son accompagnement de l’économie en veillant à équilibrer les règles du jeu entre tous les acteurs économiques afin de favoriser une croissance inclusive tirée par le secteur privé. Aussi, elle recommande une vigilance accrue face à l’expansion du secteur financier public ces dernières années, quand bien même les indicateurs de stabilité sont largement au vert.», conclut le FM.

Leave A Reply

Your email address will not be published.