3ème rencontre BCEAO et APBEF Bénin: Importants défis à relever pour les banques béninoises

0 143

La Direction nationale de la Banque centrale des Etats de l’Afrique de l’Ouest (BCEAO) et l’Association professionnelle des banques et établissements financiers du Bénin (Apbef-Bénin) ont tenu, ce jeudi 28 septembre 2023, leur 3ème rencontre de concertation au titre de l’année 2023. C’était au siège de la BCEAO à Cotonou. Quelques principaux sujets d’actualité ont été abordés avec les Directeurs Généraux d’établissements de crédit et la BCEAO. Il s’agit de l’examen du rapport 2022 de la Commission bancaire, le compte-rendu de la mission de vérification du respect par les banques de l’Union des dispositions du règlement relatif aux relations financières extérieures de l’UEMOA, les défis à relever par système bancaire au Bénin et bien d’autres sujets.

A cette occasion, les Directeurs Généraux d’établissements de crédit ont noté avec satisfaction que, selon le rapport de l’Autorité de supervision en 2022, l’activité bancaire dans l’Union est restée soutenue dans son ensemble, en dépit des contraintes liées aux effets de la guerre russo-ukrainienne. En effet, les principaux indicateurs du secteur se sont inscrits dans une dynamique haussière. Le total bilan s’est consolidé, de même que les ressources mobilisées et les emplois. Les résultats nets de l’exercice 2022 sont en progression au niveau de tous les Etats de l’Union et la plupart des établissements de crédit sont en règle vis-à-vis des normes prudentielles en vigueur. Toutefois, le déficit de trésorerie propre du système bancaire régional s’est sensiblement creusé, ce qui a conduit les établissements de crédit à un recours accru au refinancement de la BCEAO ont noté que l’essentiel des indicateurs de la place s’inscrit dans la même tendance que ceux de l’Union. Les fonds propres des banques se sont consolidés, contribuant à l’amélioration de la solvabilité de la place avec un ratio ressorti à 16,2% à fin décembre 2022 pour une norme de 11,25% requise.

Bilan et défis à relever des banques

Selon le bilan du système bancaire, une nette amélioration de la qualité du portefeuille des banques béninoises a été observée en 2022, avec un taux brut de dégradation du portefeuille en baisse et ressorti en moyenne, à 7,1% contre 12,5% un an plus tôt, faisant du Bénin la deuxième meilleure place en matière de qualité de portefeuille dans l’Union. De même, ce taux est ressorti pour la première fois en dessous de la moyenne régionale de 8,4%. Les Directeurs Généraux ont, cependant, relevé que le système bancaire national doit adresser certains défis sur la place, au nombre desquels : une meilleure adéquation entre les ressources et les emplois ; les banques béninoises ayant enregistré le déficit de trésorerie propre le plus important dans l’Union en 2022 ;  le renforcement des capacités des établissements de crédit de la place en vue d’une meilleure conformité de la place aux exigences réglementaires.

Les principaux constats de la mission effectuée du 13 au 23 mars 2023 auprès de 57 banques de l’Union, dont 5 au Bénin, ont permis de relever (i) des infractions au principe de centralisation des réserves de change, (ii) des défauts de rapatriement des recettes d’exportation, (iii) la non cession d’excédents d’avoirs sur les besoins courants, (iv) la vente à des intermédiaires agréés de devises qui auraient dû être rétrocédées à la BCEAO et (v) des cas de non-conformité dans l’exécution des paiements sur l’étranger.

Les Directeurs Généraux de banque ont été sensibilisés à l’effet de veiller au respect des dispositions réglementaires en la matière, en vue d’éviter l’application par la Commission Bancaire de l’UMOA et les autorités compétentes, des sanctions prévues par la loi bancaire et les instructions de la BCEAO.

Le principal taux directeur de la BCEAO abordé

Les dirigeants de banque ont été informés des motivations relatives aux dernières décisions du Comité de Politique Monétaire, portant relèvement de 25 points de base des taux directeurs de la Banque Centrale, à compter du 16 septembre 2023. Ainsi, le principal taux directeur auquel l’Institut d’émission prête ses ressources aux banques passe de 3,00% à 3,25%.

Cette décision intervient dans un contexte de montée des incertitudes au niveau régional, de persistance des tensions inflationnistes, de renchérissement des conditions financières sur les marchés internationaux et de moindre mobilisation de ressources extérieures. La hausse des taux directeurs vise donc à anticiper et à contenir l’impact de ces facteurs de risque sur les perspectives macroéconomiques de l’Union, en particulier le taux d’inflation. La séance a également permis au Directeur National de la BCEAO de sensibiliser à nouveau, les Directeurs Généraux de banque sur les enjeux importants liés au rapatriement des recettes d’exportation, les exigences qui incombent aux établissements de crédit en la matière et surtout, de les inviter à s’assurer auprès de leur clientèle, du rapatriement intégral de ces recettes. Enfin, l’occasion de la rencontre a été saisie par la Banque Centrale, pour être à l’écoute des préoccupations spécifiques de la profession bancaire et des contraintes auxquelles font face les acteurs financiers au Bénin. Il faut mentionner que le Directeur national de la BCEAO (DN/BCEAO), Emmanuel Assilamehoo et le Vice-Président de l’APBEF, et DG de Coris Bank Bénin, Jean-Jacques Golou à l’issue de la 3ème rencontre entre la BCEAO et l’APBEF-Bénin au titre de 2023 ont échangé les journalistes économiques sur les principaux sujets abordés.

Leave A Reply

Your email address will not be published.