Journée de diffusion des comptes extérieurs du Bénin de 2022: Un excédent de 9,65 milliards FCFA du solde global de la balance des paiements béninois

0 125

Le Directeur national de la BCEAO pour le Bénin Emmanuel ASSILEMEHOO et son équipe ont organisé ce jeudi 22 février 2024 la 16ème édition de la journée de diffusion des comptes extérieurs du Bénin au titre de l’année 2022. La rencontre s’est déroulée par visioconférence via Google Meet. Le rendez-vous a connu la participation de plus de 100 invités provenant de l’administration publique, des organisations internationales, du secteur privé, des banques, des universités et centre de recherche sans oublier les membres du comité National de la Balance des paiements.

Les travaux  de cette 16ème édition de la journée de diffusion des comptes extérieurs du Bénin ont été consacrés à l’analyse des résultats de la balance des paiements de l’année 2022 et de la position extérieure globale à fin décembre 2022 du Bénin. C’est le Directeur National de la BCEAO pour le Bénin Monsieur Emmanuel ASSILAMEHOO qui a procédé à l’ouverture officielle de cette cérémonie. Il a dans  son discours a souhaité la bienvenue à tous les participants. Le représentant du Ministre d’Etat chargé de l’Economie et des Finances, Monsieur Hermann Orou TAKOU a indiqué la diffusion des comptes extérieurs du Bénin offre l’opportunité d’apprécier les performances économiques. Le DC a ajouté que le Bénin a été résilient face aux chocs en 2022 avec un taux de croissance de 6,3%. Monsieur Laurent HOUNSA, Directeur Général de l’Institut National de la Statistique et de la Démographie a quant à lui assuré la modération des échanges. S’en est suivi la présentation du document sur les comptes extérieurs du Bénin.

 Selon le rapport des comptes extérieurs du Bénin, les échanges extérieurs du Bénin se sont déroulés dans un contexte international marquée par de fortes pressions inflationnistes, résultant des perturbations sur les marchés énergétiques et alimentaires induites par le conflit russo-ukranien, et le resserrement des conditions financières mondiales. Ces chocs multiples ont pesé sur la dynamique de la croissance mondiale qui a ralenti, passant à 3,5% après une réalisation de 6,3% enregistrée en 2021. Le solde global de la balance des paiements  du Bénin affiche un excédent de 9.653,2 millions à la suite des 597.462,3 millions enregistrés en 2021. L’excédent noté en 2022 traduit un surplus de couverture du déficit des transactions courantes par les ressources du compte de capital et les entrées nettes de flux financiers. En ce qui concerne la diminution de l’excédent, elle s’explique par le choix de l’Administration publique de ne pas émettre d’eurobonds sur le marché international en 2022, en conformité avec sa stratégie d’endettement.

Progression des importations en 2022

Au niveau des transactions courantes, le déficit s’est établi à 6,1% en 2022 contre 4,2% en 2021, en relation principalement avec une progression des importations de biens à un rythme plus élevé (+22,5%) que celui des exportations de biens (+14,7%), combinée à une hausse des importations nettes de services (+8,8%) et des paiements nets de revenus primaires (+6,8%), notamment les revenus d’investissement (+11,7%). La hausse des importations a notamment été enregistrée au niveau des composantes Biens intermédiaires (+62,5%) et Produits énergétiques (59,4%). Les biens intermédiaires sont destinés à couvrir les besoins des industries, dont celles de la zone industrielle de Glo-Djigbé.

Le déficit du compte du revenu primaire s’est creusé de 7.183,6 millions pour se situer à 112.173,8 millions en 2022 en liaison avec les revenus nets versés aux investisseurs directs étrangers (-113.054,9 millions) et les intérêts payés au titre de la dette publique extérieure (-88.474,6 millions).

Quant au compte de revenu secondaire, il maintient un profil excédentaire, en relation avec les envois de fonds des béninois résidents à l’étranger et les transferts reçus aussi bien par les administrations publiques que par les organismes privés dans le cadre de la coopération internationale. Son excédent s’est établi à 98.961,4 millions contre 125.549,1 millions en 2021, en relation avec le repli des appuis budgétaires reçus par les administrations publiques quelque peu atténué par l’amélioration des envois de fonds des travailleurs. Le compte de capital est ressorti excédentaire de 112.567,3 millions au cours de l’année sous revue contre 143.841,2 millions en 2021, en liaison avec une baisse des dons projets reçus par les administrations publiques. S’agissant de la Position Extérieure Globale (PEG), elle dégage un passif financier net de 3.461.890,0 millions au 31 décembre 2022 contre 2.863.405,3 millions au 31 décembre 2021.

Le stock des actifs s’est établi à 5.102.287,7 millions au 31 décembre 2022 contre 4.717.069,5 millions une année plus tôt.Les actifs sont détenus sous forme d’investissements de portefeuille (57,9%), notamment les titres publics acquis sur le marché régional de la dette publique, d’avoirs de réserve (16,0%) et de prêts (9,8%). Ces actifs sont concentrés dans la zone UEMOA (65,8%). 

Chute des passifs du Bénin en 2022

Les passifs du Bénin se sont constitués d’emprunts extérieurs (41,8%), d’investissements directs (26,4%) et d’investissements de portefeuille (20,7%). Ils sont contractés auprès des autres pays (57,7%), des pays de l’UEMOA (28,2%) et de la Zone euro (14,1%). Les variations nettes induites par les autres changements d’actifs et de passifs se sont élevées à -37.465,2 millions, imputables essentiellement aux variations du taux de change.

Les exhortations au gouvernement et au secteur privé

Dans l’objectif de corriger le déficit structurel du compte courant de la balance des paiements et de renforcer les entrées de ressources au niveau du compte financier, les recommandations ont été formulées  à l’endroit du Gouvernement et aux acteurs du secteur privé. Le gouvernement est donc invité à Intensifier la mise en œuvre du programme d’industrialisation du Bénin, en particulier dans les domaines de l’agro-alimentaire et du textile en vue de la transformation des produits de base autrefois exportés à l’état brut et l’élargissement de la base des exportations , poursuivre les réformes visant l’amélioration de l’environnement des affaires, notamment en créant les conditions pour une mise en œuvre des nouveaux projets portés par les investisseurs privés nationaux et étrangers, poursuivre la mise en place des politiques visant à promouvoir les industries culturelles et touristiques, à travers le renforcement de l’attractivité des sites touristiques et l’amélioration de la qualité des œuvres artistiques et culturelles. A l’endroit du secteur privé, il est appelé à  se positionner sur les opportunités offertes par le Gouvernement, en investissant notamment dans la zone industrielle spéciale de Glo-Djigbé, encaisser et rapatrier les recettes d’exportation conformément aux dispositions du Règlement des relations financières extérieures.

Par Julien AGBEZOUNHLON

Leave A Reply

Your email address will not be published.