Appui de la BAD : Le Bénin lance son plan d’action national pour l’économie circulaire

0 61

(Economia24)-Avec l’appui de la Banque africaine de développement (BAD) à travers la Facilité africaine pour l’économie circulaire (ACEF), le Bénin a procédé le mercredi 15 mai 2024, au lancement du Plan d’actions national pour l’économie circulaire (NCER). La cérémonie officielle du lancement de ce projet s’est déroulée à Cotonou en présence des cadres et responsables à divers niveaux impliqués dans ledit projet. Ce projet de grande envergure vise à accélérer la transition de l’Afrique vers l’économie circulaire et mobiliser son potentiel considérable en s’appuyant sur les connaissances approfondies de l’ACEA, sur les particularités et les besoins du continent et l’expertise de l’ACEF en financement stratégique de l’économie circulaire en Afrique. Il a été mis en place en collaboration avec l’Alliance africaine pour l’économie circulaire (ACEA). Il s’agit d’un modèle de production et de consommation consistant à partager, réutiliser, réparer, rénover et recycler les produits, les matériaux existants le plus longtemps possible afin de réduire leurs impacts sur l’environnement. En mettant en place une telle stratégie les porteurs du projet  envisagent  permettre aux pays africains de libérer le potentiel de leur économie circulaire afin de mieux faire face aux défis du changement climatique. Et c’est dans cette même logique que s’inscrit l’ambition de la Facilité africaine pour l’économie circulaire de la Banque africaine de développement (ACEF) en initiant le Plan d’actions national pour l’économie circulaire (NCER).  Pour une mise en œuvre efficace et efficiente du projet, la mise en place d’un guide devient une nécessité pour les cinq pays prises en compte pour la phase pilote à savoir le Bénin, le Cameroun, le Tchad, l’Éthiopie et l’Ouganda.

Le  représentant résident de la Banque africaine de développement (BAD), Robert Masumbuko, salue l’initiative et l’engagement des autorités béninoises pour la mise en œuvre de ce projet au Bénin. « Grâce à ce plan, le Bénin aura pour toute sa stratégie, une feuille de route très claire pour que tous les projets ciblés qui sont dans chacun des ministères, dans le secteur privé, aient un fil conducteur d’impact minimal sur l’environnement et de maximisation de valeur» a-t-il souligné.

Quant à la coordinatrice de l’ACEF, Elisa Luotonen, a mis l’accent sur la nécessité de tenir compte des réalités de chaque pays pour la mise en œuvre du projet. « Chaque pays a ses réalités. C’est pourquoi l’économie circulaire de chaque pays est intégrée dans sa stratégie de développement» insiste-t-elle.

Pour  le Directeur général de l’environnement et du climat, Crépin Ayenan, ce projet va permettre de rompre avec les vieilles habitudes «Il s’agit d’une rupture par rapport au modèle économique traditionnel linéaire qui repose sur le principe de prendre, fabriquer et consommer puis jeter. Ce modèle repose sur de grandes quantités de matériaux et d’énergie bon marché et facilement accessibles. L’évolution vers une économie circulaire pourrait accroître la compétitivité, stimuler l’innovation, stimuler la croissance économique et créer des emplois à chaque étape du processus, sinon à chaque étape de la chaîne de fabrication», a rappelé le Directeur. A en croire ce dernier la mise en œuvre de la feuille de route de l’économie circulaire au Bénin contribuera à l’atteinte des objectifs pour le développement durable, (ODD), les Contributions déterminées au niveau national et à l’atteinte des objectifs du programme d’actions du gouvernement PAG << Réutiliser ou recycler les produits ralentirait l’utilisation des ressources naturelles, réduirait notre empreinte carbone et réduirait les perturbations que nous avons connues jusque-là. L’augmentation de l’économie circulaire est la réduction des émissions annuelles de gaz à effet de serre» poursuit-il. Il s’agira pour le Bénin dans le cadre de la mise en œuvre du NCER, de la mise en place d’un cadre de référence pour l’élaboration de politiques favorisant l’adoption de l’économie circulaire et de l’énergie renouvelable, contribuant à la résilience climatique du Bénin et l’amélioration des politiques en créant un environnement attractif pour les investisseurs en matière d’énergie renouvelable. Le  projet offre plusieurs opportunités et perspectives pour le Bénin. Il s’agit de la croissance économique durable et d’une résilience climatique, d’une transformation positive de la société et d’une approche holistique et inclusive.

Les 11 secteurs de la feuille de route du Bénin

La feuille de route du Bénin sera élaborée à partir de onze secteurs déjà identifiés. Ils portent notamment sur les déchets, l’eau, l’agroalimentaire, le bâtiment, le textile, le transport et la mobilité ainsi que les technologies de l’information et de la communication, l’électronique, les plastiques et les produits chimiques (liés aux plastiques). Le tourisme, les mines et les matières premières figurent également parmi les secteurs concernés.

Leave A Reply

Your email address will not be published.